Erreur fatale ! Noooon tu ne feras pas d’économie sur tes running

 Temps de lecture: 5 min

 

Si je devais écrire les commandements du running… Je commencerais sans hésiter par les chaussures !

L’erreur fatale d’un trop grand nombre de débutants. Ou comment se faire mal en une leçon ?

 

La paire pas chère

 

Quand je me suis finalement mise à la course à pied, il a fallu que je m’achète des running. Souvent quand on commence on ignore si notre engouement sera  passager ou non, et surtout, quel sera le rythme, la fréquence de sortie. J’avoue qu’à ce moment-là je voulais surtout m’équiper sans trop dépenser = erreur, grosse erreur !

Je me suis rendue chez Décathlon un après-midi et j’ai trouvé cette paire de Kalenji One Plus, 19,99 € … parfaite pour moi. Du moins c’est ce que je croyais. Attention, je ne pense pas du tout que ce soit un mauvais produit. Il m’allait d’ailleurs très bien au début. Seulement voilà, cette chaussure de course à pied est conçue pour les femmes qui courent sur des routes jusqu’à 30 min, une à deux fois par semaine seulement. C’est là que ça coince si, comme moi, on est emportée par ce sport et qu’on augmente la dose assez vite !

Si mes premières sorties running se résumaient à 5 KM ou 2 tours de prairie maximum, très vite je suis passée à un rythme un peu plus soutenu. 2 à 3 fois par semaine, allant du 6 au 12KM et en forçant un peu plus sur l’allure.

Je sentais la chaussure se tasser et mes jambes subir le choc à chaque foulée. Les premières douleurs tibiales sont apparues très vite après ça. Toutes mes recherches internet donnaient le même résultat : Attention périostite ! Douleur de débutant ! Vive le running ^^ Changez de chaussures SVP, vite vite vite !

 

Nike le début d’une grande histoire

 

À partir de là, moi et mon compte en banque nous nous sommes regardés entre quatre yeux, négociant longuement le budget que j’allouerai à ma future paire de running. Une autre phrase que j’aime beaucoup (Oui… il faudra vous habituez à mes petites punch line ^^) c’est « Foutu pour foutu …. ». Philosophie que j’ai appliqué sans me faire prier ! Traduction, quitte à payer cher une bonne paire de shoes, autant que je les kiffe et que j’ai du style, pas vrai ?

Me voilà donc rendue sur le site de Nike ID, la plateforme sur laquelle tu peux créer tes baskets sur mesure. Trooooop chouette. Après une petite heure créative de test, je me sentais un peu styliste sport. J’ai finalement craqué pour ma création Tropicale avec le modèle Nike – Pegasus 33. Wooooo, « votre paiement vient d’être accepté » …. 150 € !

Alors évidemment, là c’était un choix très perso, vous trouverez des chaussures de running adaptées à un rythme soutenu ET à un prix plus raisonnable chez Décath ou toute autre enseigne de ce type. Pas forcément besoin de débourser autant pour être bien chaussé. Sans compter toutes les supers promos web toute l’année (Attention au 1er achat en ligne, n’oubliez pas qu’il faut prendre une pointure au-dessus de votre pointure de chaussures de ville) et les sites types Running Heroes qui récompensent la course à pied par des codes promo et autres avantages.

Nike ID annonçait 4 longues semaines d’attente pour recevoir mes beautiful shoes … Une éternité ! Et ma deuxième erreur a été de continuer le run chaussée de mes Kalenji plutôt que d’attendre. « Arf, une douleur ? Je ne suis pas en sucre voyons ça va passer ! » Ahhhhhhh vous ne m’entendrez ou ne lirez plus jamais ça venant de moi. Et si comme moi, ces pensées vous ont déjà traversé l’esprit, surtout surtout s’il vous plait mettez-vous dans la tête que oui nous sommes en sucre et qu’une douleur est là pour nous signaler qu’il y a un problème. Personnellement j’ai bien trop tiré jusqu’à cette sortie où j’ai dû m’arrêté après 953 m. J’avais les jambiers antérieurs (muscle qui se trouve sur le tibia, un peu vers l’extérieur de la jambe) tendus, tétanisés, me donnant la sensation de courir sur des jambes dures comme du caillou.

Le plus frustrant c’est qu’à cause de mon caractère têtu, j’ai dû faire une pause running plus longue alors qu’entre-temps j’avais reçu les Nike… Bien joué !

 

Ce qu’il faut retenir

 

Ce qu’il faut retenir c’est que quelle que soit la marque  vers laquelle tend ton cœur et/ou ton portefeuille, choisi bien ton modèle de running en fonction de toi, de ton niveau, de tes objectifs, de la fréquence et l’intensité de tes sorties. Va consulter un podologue ou fait un test sur tapis pour connaître ton type de foulée. Connaît-toi toi-même et tu connaîtras tes chaussures !

Peut-être auras tu besoin de semelles … peut-être tes chaussures auront-elles une usure anormale. Quoi qu’il en soit, l’erreur fatale est de vouloir faire l’économie d’une bonne paire de running. Et l’économie n’est pas que financière : prends le temps de faire ces consultations et tests, de prendre conseil auprès de professionnels et attends de recevoir les bonnes chaussures avant de tout donner et de te cramer avant le 1er KM.

 

Pour info et d’après Kalenji

 

  • Foulée universelle ou neutre : usure au milieu de l’avant-pied. Elle représente environ 50% des coureurs et dans ce cas il faudra s’équiper d’une chaussure dite « Universelle ».
  • Foulée pronatrice : usure sur le bord interne de l’avant-pied. 45% des coureurs qui devront porter une chaussure « Pronatrices »
  • Foulée supinatrice : usure externe de l’avant-pied. Seulement 5% des coureurs qui porteront la chaussure « Supinatrice »

 

Kate.

No Comments

Post a Comment